dimanche 27 mai 2012

Les cascades d'Alloix

Aujourd'hui nous partons en famille pour une ballade aux cascades d'Alloix en Chartreuse.

 A l'arrivée un orage nous attend, nous passons par St Vincent de Mercuze et faisons un détour par la vieille église qui est un monument commémoratif  à un enfant du pays : Ernest Marie Louis de Gonzague Doudart de Lagrée, né le 31 mars 1823 à Saint-Vincent-de-Mercuze (Isère) et mort le 12 mars 1868 à Tong-Tchouen, dans le Yunnan, est un marin et explorateur français.
Wikipédia nous en donne sa biographie "Élève de l'École polytechnique en 1842, aspirant de 1re classe en 1845, lieutenant de vaisseau en 1854, il fait la guerre de Crimée et est décoré de la Légion d'honneur à cette occasion. En 1862, il part pour la Cochinchine, et conclut le traité qui attribue à la France un protectorat sur le Cambodge le 5 juillet 1863 à Saïgon.
Doudart de Lagrée revient en France en 1864, avant de repartir avec le grade de capitaine de frégate en 1866 pour une expédition scientifique sur le Mékong, avec pour second le commandant Francis Garnier ; il explore notamment le site d'Angkor en 1866 avec le photographe Emile Gsell mais meurt de maladie en 1868 avant la fin de l'expédition qui s'achève sous le commandement de son second."
la vieille église

Ernest Doudart de Lagrée
 A Montalieu, nous laissons les voitures et prenons le sentier fléché "sentier d'autrefois".

 Le temps d'une photo sur le Grand Nanti illuminé par le soleil
 et sur la chaîne de Belledonne


 Sous les frondaisons, nous longeons un large ruisseau jonché de grosses pierres moussues.
 De nombreux petits ponts en bois nous mènent d'une rive à l'autre
 Le chemin devient de plus en plus raide, escarpé et glissant.
Heureusement des câbles sont là pour nous permettre de "vaincre" les pentes les plus raides.
Nous arrivons à une première cascade, la cascade de "la gouille michel".



 Nous poursuivons notre chemin pour déboucher quelques 20 minutes plus tard sur le magnifique panorama de la grande cascade



Nous continuons le circuit et le chemin passe sous la cascade. Nous enfilons les kways, mais finalement ce n'est pas utile, nous passons sous la cascade sans nous faire mouiller...incroyable





nous sommes derrière la cascade
Encore une petite grimpette et nous arrivons à une croisée de chemin, une voie romaine qui continue jusqu'au
"Devin" à 710m d'altitude.




Là, nous dégustons notre "casse-croûte" bien mérité avant d'entreprendre la descente pour boucler notre circuit sur un circuit beaucoup plus doux.
Nous débouchons sur le village de Montalieu avec ses multiples fontaines, ses belles maisons en pierre agrémentées de magnifiques rosiers parfumés.






La promenade termine avec une photo du château de Montalieu




La magie d'internet me permet d'apprendre que "La première mention d’une maison forte au Montalieu date de 1339.A cette époque, elle fait partie des propriétés de la famille de Bellecombe.
Vers 1413, Antoine de Bellecombe rend hommage pour cette maison au Dauphin Louis II, futur roi Louis XI.
Au XVIème siècle, le chevalier de Bouttières achète selon l’acte du 16 mai 1528, la maison forte du Montalieu.
C’est sans doute à cette époque que le corps central a été construit, ou tout au moins profondément remanié.
La maison passe ensuite dans la famille des Prunier de Saint André, dont les armoiries figurent dans la grande salle du rez de chaussée, sur la plaque de contrecoeur de la cheminée datée de 1741.
A la fin du XIXème siècle, la famille de Marcieu en entreprend la transformation en castel, avec la construction de deux tours carrées, et de deux échauguettes. L’une d’elle s’est écroulée dans les années 50.
C’est en 1988 que la famille Savigny acquiert le Château du Montalieu, alors presque à l’état de ruines.
Une première restauration respectueuse des bâtiments et du lieu trouve sa reconnaissance lors de l’attribution en l’an 2000 de deux prix par l’association des Amis du Grésivaudan :
- L’un pour la remise en état de la fontaine et du bassin.
- L’autre pour la restauration du bâtiment lui-même.
En juillet 2004 un incendie dû à la foudre le détruit en presque totalité. Ce sont alors cinq nouvelles années de travail quotidien, pour une restauration qui allie techniques modernes et matériaux nobles et anciens.
A ce jour le Château du Montalieu renaît de ses cendres, et ouvre à nouveau son espace au public, et notamment au séminaire d'entreprise, avec des prestations plus importantes, mais toujours avec le même respect de l’âme et de l’atmosphère du lieu." 

Merci à Véro et Patrick pour avoir organisés ce magnifique circuit.


1 commentaire:

  1. merci pour ce reportage: ça a du être une belle ballade...
    il y avait un aviso escorteur au nom de Doudart de Lagrée: il a fini son service actif en 1991 et a été coulé l'année suivante, au cours d'un exercice de tir, comme c'est bien souvent le cas pour ces types de bâtiment de la Royale. C'était lui qui surveillait et accompagnait les navires de pêche au large de terre Neuve. J'avais eu la possibilité en 65 d'embarquer dessus, mais j'avais préféré partir vers le Pacifique: un tour de monde, ça ne se refuse pas!
    merci encore

    RépondreSupprimer