vendredi 10 novembre 2017

Voyage en terres Balkaniques : l’Albanie_11e jour_Tirana



La dernière journée en Albanie est consacrée à la découverte de la capitale albanaise Tirana.

La place Skanderberg, est une vaste esplanade du centre de Tirana qui constitue un centre prestigieux par sa surface imposante, ses jets d'eau, ses jardins, sa statue équestre du héros national Skanderberg et ses monuments qui l'entourent.

Les bâtiments qui l’entourent sont de styles divers, nous voyons des immeubles de style fasciste (héritage de l'occupation italienne), des bâtiments modernes relevant de l'esthétique soviétique (témoignages de la période communiste), des constructions plus anciennes d'origine ottomane et des constructions contemporaines (des banques, l'opéra, le musée national historique…).

Le centre de l'esplanade est occupé par une statue équestre en bronze de Skanderbeg, inaugurée en 1968 à l'occasion des cinq cents ans de la mort de Skanderbeg.

Jusqu'en 1991, la place abritait la monumentale statue du dictateur Enver Hoxha.   

 
 Sur la place se trouve aussi la mosquée Haxhi Etëhem Bey, bâtie au 18e siècle. Son minaret élancé et sa tour horloge étaient alors visible de tous les endroits de la ville.

 La mosquée est classée monument culturel, son architecture est ottomane. Elle a été bâtie à partir de 1794 sous la direction de Mollah Bey d'abord, pour se terminer en 1821 sous la direction de son fils Et'hem Pacha. Elle se compose d'une salle de prière de plan carré, surmontée d'une coupole reposant sur une série d'arches en plein cintre.
L'intérieur est entièrement couvert de fresques, aux motifs végétaux, inspirés de l'art islamique turc.
En 1821, Et'hem Bey entame la construction, à quelques mètres de la mosquée, de la Tour de l'Horloge.



Toujours sur la même place se trouve le musée national historique inauguré en 1981. 
Il retrace l'histoire albanaise depuis le paléolithique jusqu'à l'époque contemporaine.

Le bâtiment est inspiré de l’esthétique soviétique. Le fronton est recouvert d’une mosaïque monumentale représentant « l’élan du peuple albanais vers son indépendance et son identité ». Il est imposant avec une superficie de 27 000m2.

Les collections sont présentées chronologiquement.Le rez-de-chaussée est consacré aux périodes préhistoriques, grecques et romaines avec la Déesse de Butrint et la Belle de Durrës.

Le premier étage est consacré au Moyen Âge. Nous voyons aussi une exposition consacrée à la Résistance albanaise, la Libération et la vie pendant la période communiste.Comme souvent en Albanie les photos sont interdites à l’intérieur.  


Le musée est dédié à mère Térésa, native d'Albanie


Nous visitons aussi la galerie des beaux-arts aux belles dimensions. Crée en 1974 et restauré en 2009-2010, ce musée est consacré aux expositions temporaires.
Les salles sont spacieuses et bien éclairées ce qui rend la visite fort agréable.
Dans les salles d'expositions permanentes nous pouvons voir d’abord les débuts de la peinture dans les villes albanaises (1883-1930), c'est le début de la peinture non religieuse. 
Ce sont des natures mortes, des portraits et des scènes de vie de village. 
Sont également exposées des peintures réalistes, ce sont des artistes issus de la 1ère école d'art de Tirana fondée en 1931.
Kolë Idromeno (1860-1939) Notra Trone-1883
andrea kushi (1884-1959)
Kujtin Buza
Danish Juknin
Kujtim Buza
Sali Shijaku
Simon Rrota (1887-1961)
Fatmir Thaci
Ksenafon Dilo_Gjirokastra
Bashkim Ahmeti_Gjorokastra
Arben Basha
Des peintures de propagandes sous l'influence du réalisme socialisme importé d'URSS.
Spiro Kristo-1936
Isuf Sulovari_1934-2006
Isuf Sulovari_1934-2006
Bajam Mata_1940-1983
Vangjush Tushi_1914-1982
Ismail Lulani_1933-2002
Petro Kokusha_1943-
Isuf Sulovari_1934-2006
Arben Basha_1947-_1934-2006
Skënder Milori_1941-
Vilson Kilica_1932
Ismail Lulani_1933-2002
des oeuvres sur Skanderbeg, le héros national
Odhise Paskali- bronze
Kel Lzoheli_1974
Zef Shoshi_1978





Et de peintures et sculptures modernes de 1989 à nos jours.
Adnan  Bushati
Ilir Hoxha
 
Vladimir Kaçam

Abdurrahim Buzal

Abdurrahim Buzal
Agim Zajmi
Fatos Palushi
Après le musée nous nous rendons vers la maison du dictateur qui est tout à fait insignifiante et est en train de tomber en ruine
Elle jouxte des ministères

et le centre moderne avec ses banques et son nouveau centre commercial.
 


et bien sûr tout cela sous l’œil des blockhaus qu'Enver Hoxha avait fait construire dans tout le pays pour se protéger de l'envahisseur !
Pour finir le voyage notre dernier dîner est accompagné de danses folkloriques.


Notre voyage grandement apprécié s'achève, et je souhaite conclure ces 10 journées de mon blog par une présentation sommaire de l'Albanie.
L’Albanie constituée en tant Qu’État après les guerres balkaniques, en 1913, est un petit pays par sa surface (pas plus grand que la Bretagne) et par sa population (3 millions d’habitants). La diaspora est très importante.
Les Albanais, descendants des Illyriens, ont connu successivement la présence des Grecs et des Romains dans l’Antiquité et vécus sous la domination byzantine puis ottomane.  Pour accéder à l’indépendance l'Albanie a dû, non seulement se libérer du joug ottoman, mais aussi résister aux fortes prétentions de ses voisins serbes, grecs, monténégrins et bulgares.
En raison de sa position géographique, son histoire a été marquée pendant l’entre-deux guerres par les vues hégémoniques de l’Italie et de l’Allemagne.
Le pays sort de 45 ans d’isolement absolu dû à la politique menée par le dictateur Enver Hoxha. Après l’effondrement du régime en 1991 une guerre civile a suivi en 1997.
Convertie majoritairement à l'Islam par les Turcs, l'Albanie compte actuellement quatre religions qui cohabitent aujourd’hui sans difficultés : les Musulmans, les Orthodoxes, les Catholiques et les Bektachi (confrérie musulmane proche du soufisme).
L'Albanie est aujourd’hui un État libéral : régime parlementaire avec un Président de la République, un Premier ministre et une assemblée composée de 140 députés, élus pour 4 ans au suffrage universel direct.
Elle doit se reconstruire car elle est sortie grandement affaiblie de la période de dictature, et de l’héritage communiste.  
La privatisation est définitivement achevée. Au niveau économique, l'Albanie est principalement un pays agricole (51 % du PIB).
L'isolement d'un demi-siècle n'a pas permis au tourisme de se développer mais deviendra souhaitons-le une de ses ressources principales dans les prochaines années.
C’est un pays à découvrir.
 Ses paysages sont magnifiques (Montagnes, plaines et mer), ses sites historiques extraordinaires (Kruja, Apollonia, Butrint…), ses habitants sont serviables, courtois et avenants.
Les connaissances approfondies de notre guide Eduart dans tous les domaines (histoire, art, architecture...), sa pédagogie et sa grande disponibilité, la virtuosité de conduite et la bonne humeur de notre chauffeur Reshat, ont rendu notre voyage agréable et parfaitement réussi.
Qu’ils en soient remerciés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire