samedi 9 décembre 2017

Exposition des gravures de Rembrandt au couvent Ste Cécile à grenoble

A l'initiative de Geneviève B de l'ARDDS nous avons pu assister à une visite guidée de l'exposition des gravures de Rembrandt qui se tient au couvent Sainte Cécile à Grenoble.
Pour le commentaire ci-dessous je m'inspire de la présentation que nous a fait Caroline, guide à l'office du tourisme.

Contrairement à mon habitude, je ne présenterai pas de photos des œuvres, les photos étant interdites...dommage !
 
Le couvent Sainte-Cécile et sa chapelle ont été construits au XVIIe siècle, pour  les religieuses des Bernardines de Grenoble.
La première pierre est posée le 22 novembre 1624, jour de la Sainte-Cécile, qui donne ainsi son nom au couvent.
Pendant la révolution le couvent a servi d'atelier de fabrication de costumes militaires.
Au XXe siècle le couvent a abrité à partir de 1925 une salle de cinéma, puis après la seconde guerre mondiale la chapelle devient un bar dancing nommé L’Enfer et en 1974
la chapelle est transformée en théâtre "Le Rio" d'abord dirigé par le célèbre Georges Lavaudant puis par Yvon Chaix.
Le théâtre ferme ses portes en 1999.
Le site a été acquis par Jacques Glénat en 2004 dans le but de le restaurer et d'en faire le siège social des éditions Glénat et de la Fondation et du Fonds de Dotation Glénat.
Dans la chapelle, le grand retable en bois a disparu à la Révolution. Aujourd'hui il est remplacé par "un retable" de livres, composé d'un exemplaire de chaque publication Glénat.
 
En 2017, le Fonds Glénat pour le Patrimoine et la Création acquiert la collection de 68 gravures originales de Rembrandt que s'était constitué le britannique Neil Kaplan.

 Le Fonds expose, e
n avant première, jusqu'au 16 décembre 2017 (prolongation jusqu'au 06 janvier 2018), dans le cloître du Couvent la collection des 68 œuvres . 
C'est exceptionnel car à partir de 2018, pour la protection du papier, elles ne seront présentées que par tiers annuellement.

Rembrandt van Rijn est né  le 15/07/1606 à Leyde aux Provinces-Unies et est mort le 04/10/1669 à Amsterdam aux Provinces-Unies .
Il est célèbre sous son seul prénom et est un des plus grands peintres de la peinture Baroque et de l'École hollandaise du XVIIe siècle.
Il a réalisé près de 400 peintures, 300 eaux fortes (dont 68 à Grenoble) et 300 dessins.
Il a réalisé une centaine d'autoportraits y compris des gravures où il se montre sans complaisance pour lui-même, mais aussi des portraits de sa femme Saskia, de son fils Titus et de sa deuxième concubine Hendrickje Stoffels.

autoportrait-agrandissement effectuée pour l'expo
La visite commence par l'explication de la technique de gravure qu'utilisait Rembrandt.
Il tirait lui-même ses gravures sur des supports variés, du papier chiffon d’origine française ou européenne, des papiers orientaux plus fins qui venaient de Chine ou du Japon mais aussi du parchemin.

Il commençait par poser un vernis qu'il avait mis au point sur la plaque de cuivre et exécutait un premier dessin à la pointe sèche.
Il trempait la plaque dans de la cire et passait l'encre qui s’imprégnait. Il posait le papier sur la plaque et passait le rouleau. Le travail était fait à l'envers.
Les parties blanches étaient celles qui étaient protégées par le vernis.
Le dessin était repris plusieurs fois.

une plaque de cuivre
Pour graver la plaque de cuivre il utilisait 4 types d'outils : le burin (1), l’ébarboir(2), le brunissoir (3) et la pointe sèche (4).
La pointe sèche est une pointe d'acier qu'il utilisait pour accentuer ou moduler les ombres et  pour donner l'aspect velouté.
Le brunissoir est un outil en acier à lame aplatie et arrondie qui lui servait à effacer les barbes ou les traits indésirables .
Il utilisait l’ébarboir  pour gratter et pour faire disparaître les barbes, et le burin outil à pointe carré pour donner plus de vigueur à ses gravure.



Il reste de nos jours 70 plaques de Rembrandt dispersées chez des collectionneurs.

Quand nous entrons dans la chapelle nous voyons deux grands agrandissement de gravures : Abraham caressant Isaac (environ 1637) et Le christ prêchant (environ 1652).
Nous pouvons être admiratifs de la netteté du traits de ces très beaux agrandissements sachant que les gravures originales ne mesurent que quelques centimètres.


La représentation de Abraham caressant Isaac est tirée de l'Ancien Testament. Rembrandt avait perdu 3 enfants, il ne restait qu'un fils, Titus. On ressent toute la tendresse d'un père protecteur qui tient contre lui son enfant rieur qui tient une pomme. 
Avec des traits, des jeux d'ombre et de lumière il nous montre la texture ses vêtements mais aussi leurs détails de plissés et d'accessoires comme les grelots au bas de la robe de l'enfant (d'usage à ce moment là).



Le Christ prêchant dit aussi la petite tombe représente un groupe positionné de façon circulaire autour du Christ.
Avec des traits il met en scène des personnages tous différents par leur physionomie, par leurs attitudes, par leurs costumes, par leurs expressions, par leurs regards.
Avec les zones d'ombres et de lumières il donne une impression de volume, de profondeur et d'espace à la scène. 
Au sol, un enfant dessine, ce serait la représentation de lui-même enfant.







Après la chapelle, nous nous rendons dans le cloître où sont exposées les 68 gravures du Fonds Glénat. 

Elles sont exposées par thèmes.
 Tout d'abord, nous voyons les portraits : Rembrandt représente des marchands, des artisans, des prédicateurs, des bourgeois protestants... Selon le métier, la fonction de chacun, l'habillement, les attitudes, les expressions sont différentes. Il réussit à donner aux visages les états d'âmes de chacun des personnages.

Ensuite, est exposée une série d'autoportraits et de portraits de membre de sa famille, dont son père et sa mère.

Les sujets religieux font suite. Les protestants ne voulaient pas de représentations religieuses. Rembrandt passe outre et privilégie cette représentation avec plus de 80 gravures. Il s'inspire de l'Ancien et du Nouveau Testament. Il a représenté toutes ces scènes bibliques avec beaucoup de sensibilité.
 Nous continuons avec les scènes de genres, avec la représentations des métiers : des marchands, des musiciens... 
Des mendiants sont représentés avec beaucoup de dignité, un marchand de morts-aux-rats est représenté de façon exceptionnelle avec moult détails.

L'exposition se termine avec des gravures de nus. Rembrandt a exécuté 6 gravures de nus. Sa volonté était de montrer des corps déformées, usées mais avec un modelé élégant. Il prenait pour modèle ses servantes.


Cette exposition d'une grande beauté dans un superbe écrin est riche d'enseignement.
Sur des gravures ne mesurant que quelques centimètres carrés,  Rembrandt réussit à rendre les traits des visages de manière fidèle ainsi que leurs expressions. On peut dire que les visages et les scènes sont "vivants",
Les tissus de l'habillement sont variés dans leurs effets et leurs tons.
Avec l'utilisation de la technique du clair-obscur inspirée du Caravage il réussit à donner aux dessins du contraste et de la profondeur.


 Le génie de Rembrandt est de nous montrer avec finesse l'âme des personnages.







1 commentaire: