dimanche 1 avril 2018

Voyage en Egypte_jour4_Le temple d'Isis à Abydos



A la sortie du village et jusqu'à à Abydos nous sommes sous la protection de la police et de l'armée.


A Abydos, le temple d'Isis a été construit à la gloire de Séthy 1er pharaon de la XVIIIe dynastie et père de Ramsès II dit le grand.
Séthy Ier n'a régné que deux ans et a été avant tout un roi guerrier. Ses campagnes militaires sont relatées par des bas-reliefs de la grande salle hypostyle de Karnak.
La construction du temple  d'Abydos a commencé sous Séthi Ier et a été terminé par son fils Ramsès II.
Planté au milieu du désert, ce temple funéraire présente une architecture en L non commune dans l'Egypte de l'Antiquité.
  
L'accès au temple se fait par une courte rampe qui donne sur un portique où s'alignent douze piliers rectangulaires.


Nous entrons dans la première salle hypostyle (dont le plafond est soutenu par des colonnes) du sanctuaire, elle mesure environ 50 mètres sur 10 mètres.
 Elle soutenue par 24 colonnes  en forme de papyrus de 8m de hauteur. Elle est l’œuvre de Ramsès II, fils de Séthi Ier. C'est Ramsès II qui a achevé la construction du temple de son père.

Les colonnes et les murs intérieurs sont finement décorés de bas-reliefs et de peintures
Sur les piliers, Ramsès est accueilli par différentes divinités. Les scènes représentent la construction du temple.

 
 
 


Dans la 1er salle, en levant la tête on voit le fameux hiéroglyphe où, un avion, un char, une soucoupe volante et un hélicoptère semblent être représentés. Il s'agit des cartouches de Séthi Ier et de son fils Ramsès Ier.
Ce hiéroglyphe a donné naissance à des interprétations les plus farfelues notamment par les partisans de l'ufologie.


Sept portes donnent ensuite accès à une deuxième salle hypostyle, composée de trois rangées de douze colonnes. On accède à la deuxième salle hypostyle par sept portes. Séthi est superbement sculpté en position de prières et d'offrandes.



  

 Nous arrivons au fond du temple d'Isis qui est composé de sept chapelles où sont vénérés
Séthi divinisé, Ptah, Rê-Horakhty (Horus dans l’horizon), Amon-Rê, Osiris, Isis et Horus.

 Ces chapelles sont symboliquement divisées en deux parties : la partie avant contenait la barque du dieu; la partie arrière, son image de culte.


Sur les murs, apparaissent des représentations culturelles et des scènes d’offrandes.
Toutes ces chapelles sont magnifiquement et finement décorées.
Les personnages possèdent, dans leurs attitudes, grâce et déférence.
 L’art du bas-relief atteint est d'une incroyable beauté. 

 

 
 



 
 




Dans le passage qui était la chapelle de Sekhmet se trouve la liste d'Abydos, appelée également table d'Abydos. C'est la représentation des cartouches de soixante-seize rois ayant précédé Séthi Ier.

Séthi Ier apparaît à gauche de la liste, avec son fils, le futur Ramsès II, portant des encensoirs.  Ils sont en chemin pour faire une offrande à Ptah-Seker-Osiris de la part de leurs prédécesseurs, dont la liste leur fait face.
Séthi Ier a fait inscrire cette liste dans le but de faire vivre le nom de ses prédécesseurs et de s'inscrire dans une continuité dynastique.
Il manque les cartouches des souverains considérés comme illégitimes : les rois Hyksôs, la reine-pharaon Hatchepsout, et les souverains liés à la période Amarnienne et au culte du dieu Aton : Akhenaton, Smenkhkarê, Toutânkhamon, Aÿ.
La liste d'Abydos est la seule source qui mentionne les noms des pharaons des VIIe et VIIIe dynasties.

 

 Dans le corridor (couloir dit du Taureau) qui conduit à l'escalier qui mène à l’Osireion, nous voyons un très beau bas-relief montrant Ramsès exerçant son fils aîné à capturer le taureau sauvage du sacrifice, au lasso.

A côté, on voit Ramsès II manœuvrant, en présence du dieu Thot et du roi Séthy, la barque du dieu Sokaris, qui a conservé une forme archaïque.
 
 


Le mur est aussi décoré de scènes de chasse aux canards


 Au bout du "couloir du taureau" un escalier moderne mène derrière le temple, où se trouvent les vestiges de l'Osireion.

 Quand en 1903, les archéologues Margaret Murray et Flinders Petrie ont découvert ce site ils ont cru avoir à faire à un tombeau symbolique du dieu Osiris d'où son nom d'Osiréion.

 En fait, il s'agit du cénotaphe du roi Séthi Ier.  
Ils pensaient que Sethi 1er voulait associer son propre culte funéraire à celui de d'Osiris, souverain de l'au-delà.
Le style de l'architecture est archaïsant et imite l'architecture monolithique de la IVe dynastie. La décoration reprend des passages du Livre des Morts, des Litanies de Rê, du Livre des Cavernes, du Livre des Portes et du Livre du Jour.

Les archéologues pensent que la structure était initialement recouverte 
par une colline artificielle, image de la butte primordiale émergeant hors du Noun (l'océan primordial) lors de la Création.


Le site est actuellement en cours de fouille.

C'est sur une des colonnes du site, qu'ont été découvertes cinq gravures à l'ocre rouge de la Fleur de Vie.
La Fleur de Vie est une figure géométrique composée d'une juxtaposition de plusieurs cercles égaux, reliés centre-à-centre.

Nous quittons ce magnifique site d'Abydos pour nous rendre à Dendérah et visiter son temple gréco-romain d'Hathor.





1 commentaire:

  1. merci pour la visite et les commentaires, en ce qui me concerne j'aurais aimé dire :
    "Séthi pas beau tout çà ? les momies sont elles en habits d'os ? Isis the question !" mais je ne me permettrais pas ! grosses bises

    RépondreSupprimer